L’institut Saint Joseph pendant

la guerre… 

AccueilLa FondationNos actualitésL’histoire de l’Institut Saint Joseph pendant la guerre

L’histoire héroïque de l’Institut Saint Joseph pendant la Seconde Guerre Mondiale

Grâce à Hubert MARTIN et à son livret intitulé « L’orphelinat Saint Joseph, de l’évacuation à la résistance« , nous pouvons retracer une page méconnue de l’histoire de l’Institut Saint Joseph de Guebwiller pendant la Seconde Guerre mondiale. À cette époque, l’institut, dirigé par Sœur Paulaine, de la Congrégation des sœurs du Très Saint Sauveur, était un orphelinat accueillant plus de 200 enfants. Pour écrire ce livret, M. MARTIN a mené une véritable enquête en rencontrant des survivants, des témoins, des élus et des historiens.

Retour sur cette incroyable histoire…

En 1939, alors que la guerre venait d’être déclarée, Sœur Paulaine, soucieuse de protéger les orphelins dont elle a la charge dans son établissement, mais également les équipes d’encadrement et les sœurs de la congrégation, organise une grande évacuation vers Auch, puis au château d’Envalette à Monferran-Savès. Là, les enfants cohabitent avec d’autres enfants de nationalités diverses, tels que des Italiens et des Espagnols. La barrière de la langue n’est pas toujours facile à surmonter, mais les enfants trouvent rapidement des moyens de communiquer. Des liens se tissent entre les jeunes malgré la période difficile et le manque de leurs régions natales.

Dès son arrivée dans le Gers, Sœur Paulaine s’engage activement dans la résistance. Ainsi, elle organise un centre de renseignement pour les alliés, se chargeant elle-même de missions délicates et périlleuses, et cachant de nombreux républicains espagnols et résistants catalans. Tout le monde salue son courage, son énergie, mais également sa modestie. À la fin de la guerre, elle se voit remettre la légion d’honneur pour l’ensemble de ses actions. La congrégation des sœurs du Très Saint Sauveur fera, elle, partie des 15 collectivités civiles françaises décorées de la médaille de la résistance.

Suivant l’exemple de leur directrice, quatre jeunes orphelins devenus adultes pendant la guerre, ont, en 1944, repris le chemin vers l’Alsace alors qu’ils étaient engagés dans la résistance. Ainsi, ils ont pu participer à la libération de leur ville de cœur, Guebwiller, mais aussi d’autres villes et villages voisins.

La Fondation Saint Sauveur est fière de ce pan méconnu de son histoire, mis en lumière grâce au travail rigoureux de M. Martin. Cet hommage vibrant à Sœur Paulaine et aux jeunes orphelins résistants nous rappelle l’importance du courage et de la solidarité.

Informations Pratiques
Livret en vente à la Maison de la presse – Librairie Richard

Adresse : 64 Rue de la République, 68500 Guebwiller

Articles de

presse

Nos offres d'emploi

Nous soutenir